Tout le monde pense savoir à quoi ressemble le changement climatique. C’est cet ours polaire sur une banquise à la dérive. C’est la fonte des glaciers et l’élévation du niveau de la mer. Ce sont des villes qui disparaissent sous les vagues dans un lointain avenir apocalyptique.

Et si cet avenir était déjà une réalité ? Et si une tragédie humanitaire se jouait en silence, sous nos propres yeux? Et si une jeune fille était déjà assise sur le pas de sa porte, un nourrisson dans les bras, pendant que ses amies se dirigent vers le chemin de l’école? Et si le changement climatique transformait toute une génération de filles en jeunes mariées?

Découvrez le reportage

L’enquête “Epouses du soleil”  cherche à étudier le lien entre le mariage des enfants et le changement climatique, en se concentrant dans un premier temps sur deux pays – le Malawi et le Mozambique – où près de la moitié des filles sont mariées avant d’atteindre l’âge de 18 ans.

Les campagnes de sensibilisation et l’adoption de nouvelles lois auraient dû freiner l’augmentation des mariages des enfants. Dans les villes, des signes de progrès se font ressentir. Mais dans les régions rurales, où vit une majorité de la population, les chiffres restent élevés. Il s’avère qu’il y a un autre facteur en jeu.

L‘enquête “Epouses du soleil” est née d’une collaboration entre le correspondant étranger et photojournaliste Gethin Chamberlain, la journaliste Maria Udrescu et la journaliste vidéo Miriam Beller.

Elle est financée par le European Journalism Centre dans le cadre de son programme de subventions pour l’innovation dans le domaine du développement (Innovation in Development Reporting Grant Programme). “Epouses du soleil” fait partie des quinze projets sélectionnés parmi les 128 demandes de financement de reportages au sujet de l’égalité des sexes.

Les jeunes mariées et leurs parents ont raconté, encore et encore, la même histoire. Chaque année, les températures augmentent. Chaque année, les pluies sont moins prévisibles. Lorsqu’elles sont tardives, les récoltes sont mauvaises. Lorsqu’elles sont excessives, les inondations balaient des hectares entiers de terres agricoles.

Chaque année, les poissons se font plus rares dans les rivières et la mer. Chaque année, les familles s’appauvrissent. Et il ne semble rester qu’une seule solution. Les filles doivent quitter leur foyer et se marier afin que le reste de la famille survive. Parfois, les gamines prennent elles-mêmes cette décision, aspirant à une vie meilleure. Parfois, ce sont les parents qui les poussent à le faire, puisqu’une fille qui se marie, c’est une bouche en moins à nourrir.

Dans les villages, un mariage entre deux enfants provenant de familles pauvres se matérialise généralement par un simple accord informel plutôt que par une somptueuse cérémonie officielle. L’homme demande la main de la fille, le père accepte, une sorte de transaction financière a lieu et le mariage est consommé. Neuf mois plus tard, la gamine devient mère et se retrouve confrontée, à son tour, à la pauvreté.

Les chiffres sont alarmants. Rien qu’au Malawi, on estime que 1,5 million de filles risquent de se marier à cause du changement climatique. S’il s’avère que ce phénomène touche également d’autres pays au profil similaire, l’enquête aura démontré que la pratique des mariages précoces n’est pas près de disparaître. Au contraire. Quiconque se demande à quoi ressemble le changement climatique n’a qu’à tendre l’oreille aux histoires des “Epouses du soleil”.  

Épouses Du Soleil

Explorez à 360°

Moma, Nampula Province, Mozambique. #theta360 – Spherical Image – RICOH THETA

Contexte

L’enquête “Epouses du soleil” est née d’une collaboration entre le correspondant étranger et photojournaliste Gethin Chamberlain, la journaliste Maria Udrescu et la journaliste vidéo Miriam Beller.  Elle est financée par le European Journalism Centre dans le cadre de son programme de subventions pour l’innovation dans le domaine du développement (Innovation in Development Reporting Grant Programme). “Epouses du soleil” fait partie des quinze projets sélectionnés parmi les 128 demandes de financement de reportages au sujet de l’égalité des sexes.